samedi 17 mars 2007

Louis Malle, joaillier du cinéma

Soirée Louis Malle à la télé hier, l'occasion de voir enfin les chefs-d'oeuvre que sont Le Souffle Au Coeur (1971) et Ascenseur Pour L'Echafaud (1958).

On parle souvent de nos jours de la Nouvelle Vague française et de la révolution que fut l'iruption de jeunes talents comme Godard et Truffaut dans le cinéma des années 50. Mais on connaît moins Louis Malle, qui entama son parcours de réalisateur à la même époque sans jamais appartenir à ce mouvement, suivant son propre chemin, singulier et génial.

Coup d'essai, coup de maître. Son premier film, Ascenseur Pour l'Echafaud, hypnotise d'intensité. Autour de l'histoire d'un meutre imparfait, Louis Malle dissèque l'âme humaine pour en révéler le tragique. Une mécanique implacable comme seule peut l'être la fatalité nous conduit dans un crescendo sublimé par la musique de Miles Davis. Le tout en noir et blanc, servi par des acteurs au sommet de leur art (mention spéciale à Jeanne Moreau).

Le Souffle Au Coeur sera un tournant pour le cinéaste, jeté dès lors dans une polémique qui le poussera en 74 à s'expatrier aux Etats-Unis. C'est l'histoire d'un adolescent d'une famille bourgeoise des années 50 qui voue une véritable dévotion à sa mère. A l'âge des premiers émois sexuels, les frontières de la relation mère-fils sont bousculées. Mais Malle n'est pas là pour juger ni pour plier la complèxe réalité aux cases traditionnelles de notre entendement. Le Souffle Au Coeur porte la sensibilité à fleur de peau et capture le brouillard des sentiments adolescents. La musique est de Sidney Bechet et Charlie Parker.

Après quelques films aux USA (Atlantic city, notamment), Malle retourne en France où la consécration l'attend enfin. Au Revoir Les Enfants est l'histoire de deux pensionnaires- dont un est juif- au temps de l'Occupation. Filmé avec une justesse du ton, une grande pudeur des sentiments et évitant les caricatures, le film vaudra à son réalisateur le Lion d'Or à Venise en 87 ainsi que de nombreuses autres récompenses.

Un film de Louis Malle est un bijou dont le jazz est l'écrin.


6 commentaires:

PPDA a dit…

Moi, j'ai vu "Les Visiteurs" hier...

ohh-KAY!!!

LordSauron a dit…

Been reading you over again. Can't wait for the next 'gem'.
;) I've seen notes on a scandal btw, am flabbergasted by Cate Blanchett, she is so pure, so 'elfly'... Posted a lil review about it but it's no match to the movie itself.

LordSauron a dit…

lol... got lost in my words. flabbergasted is not the word..lol...
to trouver, l'effet galadriel ca.. :p

Anonyme a dit…

buy viagra soft online does viagra really work viagra online uk cialis levia and viagra order viagra online viagra buy price iframe viagra rrp australia cialis vs viagra what is generic viagra viagra results super viagra pro buy viagra soft online Buy Viagra Online No Prescription sublingual viagra

Anonyme a dit…

Nice post



[url=http://www.venditascarpe.com/]gucci shoes
[/url]

Anonyme a dit…

It's amazing to pay a visit this website and reading the views of all mates concerning this post, while I am also keen of getting know-how.

Also visit my page: senseo coffee maker